MON BEAUF

Publié le par lasardine

  Une abscence d'une dizaine de jours et me revoilà. Ce que j'ai à partager n'est certes pas de la joie mais...
 Je crois qu'il n'y a que dans les films que l'on rencontre le "gendre idéal". Mais dans la catégorie beauf idéal, le mien avait le pompon.
 Mon beauf nous a quitté brutalement a 34 ans, laissant derrière lui une famille hébétée, trois petits enfants incrédules et démunis face à ce manque, privés ainsi "à vie" d'un de leur pilier, leur arbre de vie.
 Ses éclats de rire si communicatifs, sa bonne humeur et ses passions qu'il aimait faire partager, laissent un grand vide autour de lui.
 Finis les paniers remplis de champignons, il est parti sans nous révéler ses petits coins...
  Alors voilà, depuis je fais très attention à mon ptit homme, je le surveille du coin de l'oeil, perdre son petit frère, merde. Je fais ce que je peux pour être là, tout simplement, pour lui, et sa famille.
Et je sais qu'après le choc, l'état de manque va se faire sentir très fort et qu'il va falloir quelques mois pour apprendre à vivre sans.
 Je le vois rentrer les yeux rouges, je surprend parfois une larme au milieu de tout, de rien, je l'essuie et le serre fort.


Un des morceaux choisis le jour de l'adieu.


Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de son aînée, Lou, 9 ans... Je ne vois même pas ce qui  pourrait te rendre heureuse en ce  jour, Lou, hormis un rêve innaccessible....

  Mais... comme nous le savons tous, life must go on, alors après cet adieu à mon cher beauf je reprends le fil de ce blog, avec la conviction encore plus renforcée qu'il nous faut profiter à fond de ces instants de vie, et de ceux que nous aimons.





Publié dans LA VIE DE LASARDINE

Commenter cet article

Bleguine 25/03/2009 15:07

C'est dommage qu'un drame nous rappelle à quel point la vie est fragile et combien nous devons prendre soin de ceux qu'on aime et de soi-même.La vie continue, oui, malgré tout. Des joies et des peines la peupleront. Mais jamais sons ouvenir ne disparaitra.Amitiés

lasardine 26/03/2009 16:55


merci. On apprend ces choses là qu'une fois qu'on les a vécues, car malheureusement dans nos cultures, on ne nous apprend pas à vivre un deuil. Le deuil a ceci de positif, c'est qu'il nous fait
grandir et nous apprend ce dont tu me parles . A bientôt.